Enjeu2-Biodiversite72dpi.jpg

LA PROTECTION DE LA BIODIVERSITÉ

Le mot biodiversité est la contraction de biologique et diversité, une notion aussi complexe qu’indispensable apparue dans les années 1980. Si le mot est relativement récent, il évoque pourtant le produit de la longue et lente évolution du monde vivant sur la planète, les premiers organismes vivants connus datant de près de 3,5 milliards d’années.

La biodiversité est importante à plus d’un titre : elle constitue une bibliothèque de connaissances et d’innovations technologiques (comme le biomimétisme) ; elle offre des biens irremplaçables et indispensables à notre quotidien (l’oxygène, la nourriture, les médicaments et de nombreuses matières premières) ; et enfin, lorsqu’ils sont en bon état, les milieux naturels et les espèces nous rendent de nombreux services. Sans biodiversité, la vie s’éteint…

A-t-elle suffisamment été mise à l’honneur en 2017 ?

Un Comité national de la biodiversité a été installé le 23 mars par Barbara Pompili, secrétaire d’État chargée de la biodiversité. Créée par la loi n° 2016-1087 du 8 août 2016 pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages (voir rapport d’activité 2016), cette instance nationale d’échanges, d’information et de concertation participe à la modernisation de la gouvernance de la biodiversité. À noter que la Fédération nationale des agences d’urbanisme (Fnau) en fait partie et que l’Agence grenobloise peut y siéger en tant que membre suppléant.

Un décret publié le 29 mars a officialisé la création des établissements publics de coopération environnementale (EPCE), nouveaux outils institutionnels de partenariat entre l’État et les collectivités territoriales prévus par la loi de 2016. Ces structures (antennes de l’Agence française pour la biodiversité – AFB – en région) sont chargées d’accroître et d’améliorer les connaissances sur l’environnement, leur diffusion, la sensibilisation et l’information des publics, d’apporter un concours scientifique et technique aux pouvoirs publics, et d’assurer la conservation d’espèces ou la mise en place de restauration des milieux.

De son côté, la Commission européenne a présenté le 27 avril un plan d’actions en 15 mesures, visant à améliorer la protection de la nature et de la biodiversité dans l’Union européenne d’ici à 2019. Ce plan d’action a pour objectif d’améliorer la gestion des zones Natura 2000, le plus grand réseau au monde de zones protégées (soit 18 % du territoire terrestre et 6 % du territoire maritime de l’UE). Il recouvre 4 grandes priorités :

-Améliorer les orientations et les connaissances, et garantir une meilleure cohérence avec des objectifs socioéconomiques plus larges ;

-Favoriser une appropriation politique et renforcer le respect de la législation ;

-Renforcer les investissements dans le réseau Natura 2000 et améliorer l’utilisation des fonds de l’Union ;

-Améliorer la communication en vue sensibiliser et mobiliser les citoyens.

Localement, il faut signaler en septembre 2017 le lancement du Contrat vert et bleu de Grenoble-Alpes Métropole, approuvé en assemblée plénière du Conseil régional Auvergne-Rhône-Alpes. Ces contrats, initialement par la Région, concernent des projets opérationnels destinés à gérer et restaurer la biodiversité, dans la prise en compte globale du développement d’un territoire.

Enfin, Saint-Martin-d’Hères a été élue - parmi 88 candidates - Ville nature 2017 dans le cadre du concours national « capitale de la biodiversité » de l’Agence française pour la biodiversité, décerné le 17 octobre au ministère de la transition écologique et solidaire. Lui ont été reconnus ses toitures végétalisées, ses jardins familiaux, ses plantations arborées, la préservation de la colline du Murier… qui ont satisfait aux exigences du comité scientifique et technique, selon le thème de l’année : aménager, rénover et bâtir en faveur de la biodiversité.

Lors de sa candidature, Saint-Martin-d’Hères avait mis en relief son Plan local d’urbanisme communal (conçu avec l’Agence), en valorisant les différentes actions mises en place dans la gestion des espaces publics paysagers et dans les modes de construction.

consulter notre blog de veille
consulter le Plan Biodiversité du Ministère de la Transition écologique et solidaire