INNOVA(C)TION

PDU 2030 - La transition énergétique du parc de véhicules à l’étude

1_Transition_parc_vehicGregory-Brandel---GRDFbd.jpg

L’évolution technologique du parc de véhicules en circulation est un levier majeur du PDU de la métropole grenobloise pour réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) et de polluants atmosphériques. Une perspective étudiée par l’Agence à horizon 2030, introduite dans le modèle d’émissions de GES et de polluants de l’air.

Stimuler la transition énergétique du parc de véhicules

La vocation du PDU est de diminuer les kilomètres parcourus en véhicule motorisé. Mais la voiture reste nécessaire pour certains usages et certains territoires. Des besoins auxquels il faut répondre sans compromettre les objectifs de mobilité durable. Il est donc nécessaire d’accélérer la mutation vers un parc de véhicules plus propre et plus sobre.


Sous l’impulsion de l’Europe et de l’État, la technologie des véhicules va profondément évoluer au cours des prochaines décennies, avec de nouvelles motorisations et la diminution de la consommation unitaire. Un objectif du PDU est d’accélérer localement la dynamique d’évolution vers des véhicules ad hoc, avec plusieurs actions :

  • Accélérer le déploiement des infrastructures de recharge électrique et des stations-services distribuant du Gaz Naturel pour Véhicules (GNV) ;
  • Inciter les particuliers et les professionnels à abandonner leurs véhicules anciens ou polluants grâce à des campagnes d’accompagnement personnalisé et des aides financières ;
  • Mettre en place une zone à circulation restreinte pour les véhicules utilitaires et de transport de marchandises, et une zone à basse émission pour les véhicules particuliers ;
  • Renouveler le parc de véhicules détenu par les collectivités ;
  • Travailler sur le modèle économique de la voiture de demain avec les acteurs locaux, et soutenir recherches et expérimentations.

Projeter l’impact du plan d’action sur les émissions de gaz à effet de serre

Les impacts de ce plan d’action sur les émissions de GES et de polluants atmosphériques ont fait l’objet d’une modélisation, réalisée par Atmo Auvergne-Rhône-Alpes (observatoire pour la surveillance et l’information sur la qualité de l’air).
Toutefois, l’hypothèse prospective classique de parc de véhicules, construite par le Centre interprofessionnel technique d'études de la pollution atmosphérique (Citepa), était en-deçà de l’ambition affichée. C’est ce qui a a amené l’Agence à construire une hypothèse spécifique de mutation du parc de véhicules, à partir des travaux nationaux récents (les trajectoires énergétiques issues du débat national sur la transition énergétique, ainsi que la Programmation pluriannuelle de l’énergie) mais aussi, des réflexions menées par l’association négaWatt.


Ainsi, les tendances retenues pour l’évolution du parc de véhicules à l’horizon 2030 intègrent à la fois une forte pénétration du GNV dans le parc de véhicules, une pénétration plus modérée des véhicules électriques, et une forte diminution des véhicules diesel.


La construction d’hypothèses sur un sujet aussi complexe que la transition du parc de véhicules a nécessité un important travail de pédagogie, de synthèse et de concertation avec de nombreux services de la Collectivité et les énergéticiens. Elle a abouti à une hypothèse partagée, support de l’évaluation du projet de PDU.


entretien avec Isabelle Reynaud paroles d'Isabelle Reynaud

Entretien avec Isabelle Reynaud, chargée d’études mobilités / énergie à l’Agence d’urbanisme